Editorial

« Heureux celui qui sait rire »

Nous sommes au mois de juin, les vacances approchent. Les éditos se suivent, toujours sérieux et parfois noirs, comme l’actualité, comme notre monde. Terminons l’année sur une note plus légère.
Du moins en apparence.
« Heureux celui qui sait rire de lui-même, car il n’a pas fini de s’amuser »
Je déteste ceux qui se prennent au sérieux.
Je déteste les donneurs de leçons, d’ailleurs ce sont souvent les mêmes.
Je déteste ceux qui pensent que rire et rigueur sont incompatibles et qui confondent rigueur et rigidité…
Je déteste les rides qui tirent les coins de la bouche vers le bas.
Enfin je déteste les éternels constipés et les gercés des lèvres…
Par contre je m’aime.
Quoique pas toujours.
Mais presque…
Je ne sais plus qui a dit qu’il n’y avait rien de plus sérieux que de parler d’humour et de rire. Et bien c’est vrai, le sujet n’est pas aussi léger qu’il n’y paraît à première vue. A commencer par l’origine du mot humour ; il semblerait que cela viennent du mot humeur ?… D’où peut être l’expression être de bonne humeur… Boff !
Mais commençons par quelques phrases maçonniques:
« Les maçons affirment qu’ils ne savent ni lire, ni écrire, c’est malheureusement vrai. »
« En franc maçonnerie la quantité de nos certitudes est un bon indicateur de notre niveau d’ignorance. »
«  Les maçons sont des chercheurs, pas des trouveurs. »
Tout d’abord il faut se poser la question suivante : nos ancêtres les plus lointains avaient-ils le sens de la dérision, du ridicule, et donc de l’humour ?
Il est difficile d’imaginer le contraire et si le rire n’est pas le propre de l’homme, il est certainement né avec lui.
Il est probable qu’Adam et Eve riaient ensemble. Après tout cette histoire de pomme était certainement une blague qui a mal tourné…
Et lorsque L’Eternel annonce à Abraham qu’il va avoir un enfant avec son épouse à presque 100 ans, Sarah s’est bien amusée. Ils ont d’ailleurs appelé leur fils Isaac qui signifie « qui a ri » en hébreu. Ce sera le premier rire sceptique et ironique de la Bible.
Dans notre monde tendu jusqu’au point de rupture, il n’est plus rien qui puisse survivre à trop de sérieux. L’humour est le seul moyen de briser le cercle des automatismes que la vie en société et la vie tout court cristallisent autour de nous comme un linceul.
Il consiste tout simplement à traiter à la légère des choses graves et il est d’autant plus savoureux que l’on prend le temps de le savourer.
Mais où en est l’humour dans notre société dans laquelle les valeurs sont confondues ? Ne devient-il pas simplement un moyen comme un autre d’accepter notre condition ou de faire passer quelques messages difficiles ?
Il n’y a jamais eu autant d’artistes et autres acteurs comiques, de spectacles…
Mais de quelle qualité ? Le rire imposé et enregistré !
Sans tomber dans la nostalgie et le regret du passé, tout de même, restons lucides et ne rions pas de voir les autres faire simplement semblant de s’amuser.
« L’humour est une étincelle qui voile les émotions, répond sans répondre, ne blesse pas et amuse. »   Max Jacob
Sans humour l’Homme vit telle une larve d’insecte enfermé dans son enveloppe, isolé du monde dans un avenir inchangeable, immobile, proche de la mort. L’humour voit l’animal sortir de sa prison vers la vie, la liberté, le progrès.
Le plus souvent il n’apparait qu’une mite ordinaire, sans éclats, mais parfois c’est une cigale qui voit le jour et s’envole en chantant dans l’été.
Lorsqu’on parle d’humour, le rire semble en être la suite logique. Et bien ce sera l’objet du mois de juillet qui débutera des vacances bien méritées, en tous les cas pour vous (à prendre en plusieurs sens comme toujours dans l’humour) !

« Un chemin qui descend est un chemin qui monte en sens inverse et réciproquement. »  Pierre Dac

Guy Lecourt