Accueil / Communiqués / La liberté d’expression menacée-Communiqué de Presse Collectif Laïque National- 25 Février 2022

La liberté d’expression menacée-Communiqué de Presse Collectif Laïque National- 25 Février 2022

Nous contacter Nous rejoindre

La liberté d’expression menacée

 

 

Le Collectif Laïque National apporte son soutien aux journalistes de l’émission Zone interdite diffusée sur la chaine M6 ce 23 janvier : « Face au danger de l’islam radical, les réponses de l’Etat ».

 

Les menaces de mort visant Ophélie Meunier, présentatrice de l’émission et Amine Elbahi, habitant de Roubaix qui témoignait dans l’enquête, suscitent la même indignation.

 

Depuis les évènements criminels qui ont marqués notre pays dont l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo ou du professeur Samuel Paty, il est inquiétant de constater encore que l’on peut toujours être menacé, voire assassiné, pour avoir exercé en conscience la profession de journaliste ou d’enseignant et pour avoir librement exprimé des opinions, dessiné, rédigé ou diffusé des reportages mettant en lumière des situations et comportements contraires aux principes et valeurs républicaines..

 

Ces menaces à l’encontre de journalistes, d’enseignants comme de tout citoyen, fondées sur des idéologies religieuses fondamentalistes, visent dans son principe l’exercice de la liberté d’expression et d’information, en un mot le respect des lois de notre République.

Ces faits doivent être combattus avec la plus grande vigueur, en solidarité avec ceux qui en sont les victimes. Il nous semble nécessaire de rappeler, inlassablement, les Articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, intégrée à notre Constitution :

 

Article 10

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses,

pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi »

 

Article 11

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux

de l’Homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.»

 

 

Fait à Paris, le 25 février 2022